Homélie du deuxième dimanche ordinaire

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 1,29-34.

 

En ce temps-là, voyant Jésus venir vers lui, Jean le Baptiste déclara : « Voici l’Agneau de Dieu, qui enlève le péché du monde ;
c’est de lui que j’ai dit : L’homme qui vient derrière moi est passé devant moi, car avant moi il était.
Et moi, je ne le connaissais pas ; mais, si je suis venu baptiser dans l’eau, c’est pour qu’il soit manifesté à Israël. »
Alors Jean rendit ce témoignage : « J’ai vu l’Esprit descendre du ciel comme une colombe et il demeura sur lui.
Et moi, je ne le connaissais pas, mais celui qui m’a envoyé baptiser dans l’eau m’a dit : “Celui sur qui tu verras l’Esprit descendre et demeurer, celui-là baptise dans l’Esprit Saint.”
Moi, j’ai vu, et je rends témoignage : c’est lui le Fils de Dieu. »

 

 

Qu'elle est belle cette rencontre de Jean-Baptiste avec Jésus. Au lendemain du jour où Jean-Baptiste a déclaré simplement qu'il était celui qui baptise dans l'eau, voici que Jésus vient à lui.

Le rideau s'ouvre sur la scène où va se jouer le salut attendu par le Peuple Israël.

Tous les acteurs sont en place. Jésus qui prend l'initiative, il vient vers celui qui doit le présenter au Peuple d'Israël qu'il a lui-même baptisé dans l'eau. C'est lui le témoin qui a vu le Saint Esprit descendre sur Jésus qui doit baptiser le Peuple élu dans l'Esprit Saint.

Les disciples sont les premiers témoins, avec le peuple à entendre la grande nouvelle de la venue du Sauveur qui n'est autre que le Fils de Dieu lui-même.

Tout le mystère du salut est présenté en peu de mots. Cette scène est d'une densité telle que tout est déjà dit de ce qui se passera par la suite.

Voici l'Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde. Il vient du monde porteur du péché du monde, lui qui est sans péché. Il connaît le péché du monde car il a vu ce que veut dire une humanité séparée de Dieu, un monde de pécheurs vivant dans la violence et la haine. Un monde où l'amour de Dieu est absent. Un monde éloigné de la Sainteté de Dieu, sans la présence de l'Esprit de Dieu.

Voici l'Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde, porteur de l'Esprit qui a reposé sur lui quand il remontait de l'eau du Baptême. C'est le Fils de Dieu qui habite notre humanité pécheresse pour que, par lui, elle soit recrée par la puissance de l'Esprit Saint. En lui toute l'humanité reçoit l'Esprit de Dieu pour qu'en lui nous recevions l'Esprit qu'il nous communique.

Paul le disait aux corinthiens dans la deuxième lecture : « Nous sommes sanctifiés dans le Christ Jésus et appelés à être saints avec tous ceux qui en tout lieu invoquent le nom de notre Seigneur Jésus-Christ, leur Seigneur et le nôtre. »

Par le baptême nous sommes dépouillés du vêtement ancien souillé par le péché, pour revêtir le Christ nouvelle humanité, recrée par le Saint Esprit.

L'Eglise est le Peuple saint, lieu de la rencontre de l'humanité avec son créateur et Sauveur, témoigne de la miséricorde du Père au cœur du monde pécheur.

Nous vivons dans la joie de la rencontre avec Celui qui vient vers nous car avant nous il était. Désormais, témoins de l'œuvre de salut du Père réalisée par la Passion, la mort et la Résurrection de Jésus, nous vivons dans la belle espérance de la venue de Celui qui vient chaque jour à notre rencontre pour faire de nous ses amis.

 

 

Haut de la page