Saint Augustin

 

... Une vie monastique issue du monachisme Augustinien

 

 

 

A l'heure où Saint Dominique se trouvait à Rome pour faire approuver son Ordre naissant, il lui fut répondu qu'il devrait prendre une Règle déjà existante.

Ayant été chanoine à Osma sous la règle de Saint Augustin, il ne lui fut pas difficile alors de s'y référer de nouveau. Ainsi frères et moniales du même Ordre puisseraient jusqu'à aujourd'hui à cette même source monastique particulière.

Cette règle reflète bien les aspirations de son auteur, saint Augustin.

En tête de sa règle, comme fondement de tout, il écrivit :
"Avant tout frères très chers, aimons Dieu, aimons le prochain."

En effet, longtemps Augustin avait recherché une vie de prière et d'étude.

Il cherchait Dieu : "Comment se fait-il que je te cherche, toi mon Dieu, c'est une vie de bonheur que je cherche. Ah ! Puissé-je te chercher pour que vive mon âme, puisque la vie de mon corps, c'est mon âme et que la vie de mon âme, c'est toi !"

"Bien tard, je t'ai aimée, ô beauté si ancienne et si nouvelle, bien tard, je t'ai aimée !
Et voici que tu étais au-dedans de moi, et moi au-dehors,
et c'est là que je te cherchais, et sur la grâce de ces choses que tu as faites, je me ruais !
Tu étais avec moi et je l'étais pas ;
elles me retenaient loin de toi, ces choses qui pourtant,
si elles n'existaient pas en toi, n'existeraient pas !"

 

Augustin avait découvert le Dieu de Jésus-Christ, le Dieu-charité. D'où peut-être son amour de la vie en commun où "la charité est gardée avant toute chose". En effet, "la charité a été tellement recommandée par le Christ et les Apôtres, que si elle seule manque, tout est vide ; si elle est là tout est rempli".

Peut-être est-ce aussi son souci de la charité qui lui fait donner une orientation particulière à l'autorité dans sa règle. En effet, entre le (la) supérieur(e) et les frères (sœurs), il n'existe pas de relation maître/disciple comme dans la règle de Saint Benoît ou la règle plus ancienne dite du Maître. En effet, la relation des frères (soeurs) à leur supérieur(e) s'inscrit essentiellement dans une vie fraternelle à l'écoute de la Parole de Dieu et en tension vers Lui.

Aussi retrouve-t-on très fréquemment cité sous la plume d'Augustin ce passage des Actes des Apôtres (4,32) : "La multitude de ceux qui avaient cru n'avait qu'un coeur et qu'une âme. Nul ne disait que sien ce qui lui appartenait, mais tout entre eux était commun . "

 

*********************************************

 

La Règle de saint Augustin est placée en tête du Livre des Constitutions de l'Ordre des Frères prêcheurs. Si elle n'est pas suffisamment détaillée aujourd'hui pour organiser véritablement la vie des frères et moniales de l'Ordre, elle en donne cependant l'esprit.
Vous pouvez la consulter en cliquant Ici !

 

Haut de la page