Quatrième dimanche de l'Avent

Mt 1, 18-24


Un double engendrement

(Mt 1, 18-25)

 

 

Ainsi fut la genèse de Jésus Christ.

Sa mère, Marie, étant fiancée à Joseph, avant qu'ils vivent ensemble, fut trouvée enceinte d'Esprit Saint. Joseph, son homme, étant juste et ne voulant pas la dénoncer publiquement, voulut la délier secrètement. Formant ce dessein, voici qu'un ange du Seigneur lui apparut en songe, disant: Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre avec [toi] Marie ta femme; ceci en effet, engendré en elle, est d'Esprit Saint; elle enfantera un fils, et tu appelleras son nom Jésus; lui, en effet, sauvera son peuple de ses péchés. Tout ceci est arrivé pour que s'accomplisse ce qui fut dit par le Seigneur par le prophète disant: Voici, la Vierge sera enceinte et enfantera un fils, et ils appelleront son nom Emmanuel, ce qui est traduit: Dieu avec nous. Joseph se réveillant du sommeil, fit comme l'ange du Seigneur lui avait prescrit et il prit avec lui sa femme.

 

Engendré d'Esprit Saint


Une deuxième genèse fait donc suite à la première: elle va lever le mystère de l'engendrement de Jésus. Il ne s'agit plus du «Livre de la genèse», mais de la genèse proprement dit.


La mère de Jésus, Marie était fiancée à Joseph: elle était donc déjà sa femme, selon les modalités du mariage juif; les fiançailles étaient en effet la première étape du mariage, mais les époux ne menaient pas encore la vie commune. Cependant Marie est enceinte d'Esprit Saint avant que Joseph l'ait fait entrer dans sa maison. Joseph ignorait l'origine de la conception de l'enfant. Etant juste, il se devait d'observer la Loi et de délier sa femme, mais il ne voulait pas la dénoncer comme adultère car il ne soupçonnait pas Marie; ne comprenant pourtant pas ce que signifiait cette situation, il voulait la délier Marie secrètement. Délier est le mot employé par Matthieu dans l'enseignement sur la montagne pour parler de répudiation, dans le contexte de l'adultère: «Il a été dit: qui déliera sa femme, qu'il lui donne un acte de répudiation. Mais moi je vous dis que tout [homme] qui déliera sa femme, excepté pour cause de relations illégitimes, la fait être adultère et celui qui épouse une déliée est adultère» (5, 31-32).


Joseph en était là de sa réflexion lorsqu'un ange du Seigneur lui apparut en songe. L'ange l'appelle «fils de David», ce que nous avait appris la généalogie: le livre de la genèse de Jésus commençait avec Abraham, passait par le roi David, et aboutissait à Joseph. Mais rien n'était dit pour expliquer le lien qui reliait Joseph à Jésus. C'est ce que Matthieu va expliquer maintenant: l'engendrement qui s'est produit en Marie n'est pas dû à un homme, mais à la puissance de Dieu. Que dit-il? «Marie fut trouvée enceinte d'Esprit Saint», et surtout: «ceci engendré en elle est d'Esprit Saint». Il ne s'agit pas de la personne de l'Esprit, puisqu'il n'y a pas d'article, mais de la force créatrice de Dieu par laquelle Jésus est engendré en Marie.


Engendré par Joseph

Marie enfantera un fils, dit l'ange à Joseph, et lui aura pour rôle de donner son nom à l'enfant, exerçant ainsi à son égard un rôle de père. Par là Joseph inscrit Jésus dans la lignée davidique. C'est par la paternité légale de Joseph que Jésus est fils de David, tout comme Joseph. Le nom qu'il devra donner à l'enfant est Jésus: il contient toute la mission de l'enfant, comme l'explique l'ange: «Il sauvera son peuple de ses péchés», c'est-à-dire le peuple d'Israël.


Ainsi s'accomplit, dit Matthieu, ce qu'Isaïe avait annoncé: «Voici: la Vierge sera enceinte et enfantera un fils, et ils appelleront son nom Emmanuel, ce qui se traduit: Dieu avec nous». Il n'est pas question ici d'engendrement, mais d'enfantement: la prophétie se place du point de vue de la mère et non du père. Cette mère est une vierge et des personnes non précisées donneront un nom à son enfant: «Dieu avec nous». C'est une citation d'Is 7, 14, mais le texte a été remanié par Matthieu car le prophète disait simplement que le nom de l'enfant serait Emmanuel. Il ne disait pas qui lui donnerait ce nom. L'ange par contre indique à Joseph que sa femme est vierge et que c'est lui qui donnera son nom à l'enfant. Et dans ce nom sera inclus une mission: Dieu est avec son peuple en cet enfant pour le sauver de ses péchés.


Joseph exécute tout ce que l'ange lui avait demandé et accepte la paternité légale de l'enfant; il l'inscrit ainsi dans la lignée royale davidique. Cette paternité est un véritable engendrement.


Matthieu précise que Joseph n'a pas connu Marie, confirmant ainsi que Jésus est bien engendré par la puissance de Dieu. Sa préoccupation n'est pas de savoir si la virginité de Marie a été perpétuelle.

 

Haut de la page