Aloe arborescens Sinergia Biologique

L’aloes Arborescens ou Aloe Arborescens est présent un peu partout dans le monde : en Afrique du Sud, en Russie, en Amérique du sud. Les vertus de cette plante ont été redécouvertes par le Père Zago au Brésil.

Les résultats obtenus sur les malades l’ont incité à faire connaître les recettes dans le monde entier.

L’Aloes Arborescens Miller, originaire d’Afrique, pousse à l’état sauvage dans les régions semi-désertiques de l’Asie centrale et a été très étudié par les Russes.

Cette plante, de la famille des liliacées est une cousine de l’Aloe Vera, plante très populaire exploitée par l’industrie.

L’Aloes Arborescens est utilisé depuis l’Antiquité par de nombreuses civilisations

Les Grecs et les Égyptiens reconnaissaient les multiples vertus de cette plante et les Japonais l’apprécient particulièrement pour les secours qu’elle procura après Hiroshima.

La richesse naturelle de l’Aloes Arborescens est atypique et surprenante.

En effet on retrouve dans sa composition biologique une grande diversité de vitamines, acides aminés, oligo-éléments, enzymes et minéraux.

L’Aloes Arborescens permet de renforcer naturellement l’organisme

Il assure entre autres le renforcement des défenses immunitaires, un bon équilibre sanguin, un transit intestinal efficace ainsi que l’accélération de la reconstitution des tissus.

Les principales propriétés de l’Aloes Arborescens :

Antioxydante, anti-âge, antibactérienne, anti-mycosique, antivirale, anti-inflammatoire et anti douleur, cicatrisante, stimulante du système épithélial, immunomodulateur, régulateur de la glycémie ainsi que du diabète, anticancer, antirhumatismale, il décongestionne et stimule l’appareil respiratoire.

L’Aloes Arborescens pour ses nombreuses vertus est souvent appelé « la plante miracle »

La réputation de cette plante dans l’histoire de la thérapeutique ne pouvait pas évidemment être sans fondement. C’est le grand mérite de la recherche phytothérapeutique des dernières décennies d’avoir montré que les nombreuses vertus et indications attribuées empiriquement depuis toujours à l’Aloes Arborescens étaient parfaitement justifiées compte tenu de sa composition et de ses propriétés pharmacologiques dorénavant scientifiquement connues et reconnues par notre médecine occidentale contemporaine.

L’effet anticancer de l’Aloes Arborescens

L’Aloes Arborescens est une des plantes les plus importantes dans l’activité anticancer. Sa propriété antinéoplasique est due à au moins trois mécanismes différents basés sur des effets antiprolifératifs, immuno- stimulateurs et antioxydants.

Le pourcentage des régressions tumorales et de stabilisation de la maladie ont significativement augmenté chez les patients traités en chimiothérapie associée à l’Aloes Arborescens (étude de P.Lissoni, F.Rovelli- Milan-2009).

Ainsi cette étude suggère que L’Aloes Arborescens peut accompagner avec succès une chimiothérapie pour augmenter son efficacité à la fois en termes de régression de la maladie et d’espérance de vie.

1) Différences entre l’aloe arborescens et l’aloe vera

Il existe plus de 450 espèces d’aloe, les plus connues sont l’Aloe Vera, l’Aloe Férox et l’Aloe Arborescens.

Quelques différences botaniques

L’Aloe Arborescens est une plante vivace succulente à feuillage persistant pouvant atteindre 1,5 à 3 m de haut. Cette plante a des rosettes de feuilles lancéolées, légèrement convexes et bordées d’épines qui peuvent atteindre 80 cm de diamètre.

Quelques caractères permettent de distinguer l ‘Aloe arborescens de l’ Aloe Vera :

La feuille de l’Aloe Vera est érigée (pointant vers le haut) et relativement droite, celle de l’aloe arborescens est étalée et courbe.

L’inflorescence type de l’Aloe Vera est jaune, celle de l’Aloe Arborescens est rouge, mais il existe de nombreuses variations dues aux hybridations naturelles.

L’Aloe Arborescens possède un tronc, bien visible, sur lequel se développent les bourgeons puis les rosettes de feuilles.

La croissance de l’Aloe Arborescens est beaucoup plus lente que celle de l’Aloe Vera. D’autre part l’aloe arborescens doit atteindre l’âge de 5 ans. C’est à partir de cet âge qu’il posséde l’ensemble des vitamines, acides aminés, oligo-éléments, enzymes et minéraux indispensables à l’organisme.

L’Aloe Vera est cultivé et fabriqué de manière industrielle depuis de nombreuses années ce qui n’est pas le cas de l’Aloe Arborescens pour lequel les surfaces de culture sont limitées. La culture comme la fabrication sont réalisées de manière artisanale.

Différence dans la composition chimique

Les récentes études effectuées par l’institut du Palatin Salzano Venezia en Italie montrent que l’aloe arborescens est deux fois plus riche en substances actives que l’aloe vera.

D’autre part la concentration en aloïne (substance laxative) dans l’aloe arborescens est beaucoup plus faible que dans l’aloe vera. La feuille peut être utilisée et consommée dans son intégralité en association, par exemple, avec le miel.

2) Composition chimique de l’aloe arborescens

1) Les protéines

L’aloes arborescens contient des protéines essentielles qui fournissent de l’énergie et régénèrent les tissus. L’aloes arborescens possède 8 des 9 acides aminés essentiels que notre organisme ne fabrique pas et qui doivent lui être apportés par l’alimentation.D’après le manuel d’information d’Alessandro Floridi.

Acides aminés essentiels :

Isoleucine : Nécessaire à la formation de l’hémoglobine, régule le niveau de glucose sanguin, améliore l’endurance musculaire.

Leucine : Stimule la synthèse des protéines dans les muscles, stimule la libération d’insuline, promeut le processus de guérison os, peau, muscles

Lysine : Formations des anticorps, metabolisme, des glucides, absorption des graisses, favorise l’absortion du calcium.

Méthionine : puissant anti-oxdant, élimination des métaux lourds.

Phenylalanine : contribue au fonctionnement optimal du système nerveux, utile contre les états dépressifs. Action analgésique.

Théonine : participe à la formation du collagène, de l’élastine, de l’émail des dents , et à la formation d’anticorps. Participe au bon fonctionnement intestinal et digestif.

Thryptophane : précurseur de la sérotonine, effet calmant, antidépresseur et favorise le sommeil.

Histinine : croissance et réparation des tissus, maintient l'intégrité de la myeline protectrice des nerfs, aide à éliminer les métaux lourds. Précurseur de l'histamine

Valine : Effet stimulant, participe à la réparation des tissus, source d’énergie pour les muscles.

Acides aminés secondaires

Acide aspartique : Constitue des neurotransmetteurs majeurs du cerveau, participe à la synthèse ADN, ARN, immunoglobulines et anticorps. Augmente la résistance à la fatigue, l’endurance, l’agent de chélation.

Acide glutamique : neurotransmetteur contribue aux fonctions prostatiques , précurseur de la glutamine et de l’acide gamma amino-buthyrique (GABA). Transporte le potassium au niveau cérébral. Vivacité d’esprit, attention et mémoire.

Alanine : neurotransmetteur, production des lymphocytes, dégradation des lithiases d’oxalate et de phosphate présents dans les sécrétions prostatiques.

Arginine : stimule les fonctions immunitaires, participe à la réparation du tissu conjonctif et de la peau, contribue a abaisser le taux de cholestérol sanguin, la pression artérielle, aide à remédier aux désordres hépatiques.

Cystéine : acide aminé soufré. Chaque molécule de cystine est formée de 2 molécules de cystéine. Constituant de la kératine (cheveux, ongles, cellules superficielles de la peau), détoxication, guérisons brûlures et blessures. Stimule le système immunitaire et protège la vitamine C de l’oxydation.

Glutamine : converti en acide glutamique dans le cerveau. Participe à l’équilibre acido- basique, favorise la cicatrisation des ulcères...

Glycine : croissance musculaire, calmant sur les neurones, synthèse ADN-ARN contribue à abaisser les taux de triglycérine et cholestérol sanguins, propriétés cicatrisantes, detoxication hépatique.

Hydroxyproline : précurseur de la proline. Guérison des blessures, constituant de la structure du collagène.

Proline : synthèse du collagène, santé de la peau, des articulations, des tendons, tonifie le muscle cardiaque, guérison des blessures.

Sérine : métabolisme des acides gras, croissance musculaire, équilibre du système immunitaire. Composant des protéines cérébrales et de la gaine de myéline. Production immunoglobulines et anticorps.

Tyrosine : précurseurs de neurotransmetteurs (dopamine, noradrénaline, adrenaline et L-Dopa), régulateur de l’humeur, favorise la perte de poids en régulant l’appétit, participe à la production de mélanine (couleur, peau et cheveux). Aide en situation de stress, normalise la pression artérielle.

2) Les acides

Chez les plantes grasses les acides permettent une diminution de la transpiration et une augmentation de la résistance à la sécheresse.

Emodine : l’aloe émodine est une hydroxyanthraquinone présente naturellement dans les aloès. Elle a un effet laxatif. Différentes études rapportent que cette molécule aurait un effet anticancéreux.

Aloïne : aussi connue sous le nom de barbaloïne, c’est un composé amer de couleur jaune-marron et un puissant composé laxatif

Anthranol : anti-mitotique utilisé dans le traitement du psoriasis chronique y compris dans le cuir chevelu.

Acide uronique : rôle essentiel dans la détoxification hépatique.

Acide salicylique : action anti-douleur et anti-inflammatoire.

Acide aloétique : action antibiotique.

Acide crysophanique : colorant jaune orangé présent dans les racines de rhubarbe,de cascara, et employé en dermatologie.

Acide cinnamique : anti-bactérien et anti-germe (salmonelle, streptocoque, staphylocoque)

3) Les Glucides

L’aloe arborescens contient 70% de glucides (anciennement hydrates de carbone)

Les oses simples : Le L Rhamnose, le Dglucose (présent dans toutes les cellules des végétaux), la lipase.

Les osides, les polysaccharides : La cellulose, la pectine (contre la cholestérolémie et la prévention des maladies cardiovasculaire), la gomme arabique, l’acemannam (immunostimulant puissant), l’aloemannam (action antitumorale).

4) Les lipides :

2% de lipides entrent dans la composition de l’aloe arborescens. Cholestérone, compestérole, b-sitérole ont une action anti-inflammatoire.

5) Les enzymes

Anciennement diastases ou ferments solubles.

Amylase, catalase, cellulose, lipase, oxydase, phosphatase.

6) Autres composés

Bioflavonoïdes

- La choline

Présente dans toutes les cellules végétales et animales. Participe au développement du cerveau, aide à prévenir les lithiases biliaires et est un agent lipotrope.

- L’inositol

Agent lipotrope qui réduit le cholestérol sanguin, facilite la croissance et la survie des cellules de la moëlle osseuse et des membranes oculaires et intestinales. Contribue à prévenir la perte des cheveux.

7) Les minéraux et oligo-éléments 22% de taux de cendre total

Les macro-éléments

Calcium : ossature et dentition, coagulation sanguine, contraction musculaire, aide à prévenir le cancer du colon et rectum, stimulation musculaire et nerveuse. Métabolisme vitamine D...

Chlore : équilibre acido-basique et équilibre osmotique du sang. Stimule la fonction hépathique, maintient l’intégrité des articulations et tendons.

Magnésium : comme pour le calcium la vitamine D est nécessaire pour que le magnésium soit bien utilisé : régularise la pression sanguine, stimule l’immunité, promeut l’absorption et l’utilisation des autres vitamines. Prévient la formation de calculs calciques dans les reins et la pénétration intracellulaire des métaux lourds.

Phosphore : 2ème minéral le plus abondant du corps. Calcification des os et dents, contribue à l’utilisation des glucides, lipides, et protéines. Croissance et réparation des tissus. Stimule la contraction musculaire.

Potassium : 5% de la totalité des minéraux essentiellement dans les muscles.

Synthèse du glycogène et des protéines, régulation du rythme cardiaque, maintien de l’équilibre acido-basique avec sodium et chlore, stimule l’élimination des toxines via les reins.

Sodium : équilibre cellulaire, transmission de l’influx nerveux, équilibre acido-basique, essentiel pour la production d’acide chlorhydrique dans l’estomac.

Soufre : constituant des protéines nécessaire à la synthèse du collagène. Participe à l’activité nerveuse et à la production d’énergie. Stimule la sécrétion biliaire et participe à la détoxication hépatique.

Les oligo-éléments :

Chrome : Synthèse du cholestérol, meilleure utilisation du glucose, favorise la perte de poids.

Cobalt : active plusieurs enzymes, nécessaire à la synthèse et l’entretien des globules rouges.

Cuivre : synthèse de plusieurs protéines, synthèse des phospholipides, contribue à la perception du goût et à la formation de la gaine myéline.

Fer : constituant de l’hémoglobine (globules rouges) et myoglobine (cellules musculaires). Transporteur de l’oxygène et du gaz carbonique. Augmente la résistance au stress et aux infections. Indispensable à la synthèse de plusieurs neurotransmetteurs.

Manganèse : activation de nombreux enzymes, synthèse des lipides, glucides et protéines, essentiel à la synthèse de la thyrxine et à celle des hormones sexuelles. Préserve la santé du système nerveux.

Silicium : architecture et élasticité du tissu conjonctif, calcification des os, flexibilité des artères, stimule le système immunitaire, indispensable à la santé du système pulmonaire, retarde le processus de vieillissement des tissus, aide à contrer les effets néfastes de l’aluminium.

Zinc : Activateur de nombreuses enzymes. Equilibre hormonal - guérison des plaies - maintien de l’équilibre immunitaire - protège le foie - participe à la synthèse du collagène. S’oppose à l’action des métaux lourds.

8) Les vitamines

Vitamine A : 90% des réserves se situent dans le foie. Les 10% restant sont stockés dans le tissu adipeux, les poumons, les reins et la rétine. Elle peut être obtenue aussi à partir du bêta-carotène. Elle intervient dans la vision crépusculaire, est essentielle à l’intégrité des membranes cellulaires, à la formation des os et des dents, à la conversion du cholestérol en hormones sexuelles mâles et femelles et aide à prévenir les infections des muqueuses. Le bêtacarotène est d’origine végétale, la vitamine rétinol d’origine animale. (poisson et produits laitiers).

Vitamine B1 : efficace pour enrayer le béribéri. Participe au processus de conversion du glucose en énergie, améliore le tonus musculaire au niveau de l’intestin, de l’estomac et du coeur, favorise la digestion et l’absorption des glucides.

Vitamine B2 : antioxydante. Favorise la dégradation et l’utilisation des glucides, lipides et protéines, contribue à une bonne vision, à la santé de la peau, des ongles et des cheveux. Elle est importante pour l’activation du glutathion peroxydase, un antioxydant.

Des études ont démontré que plusieurs formes de cancer seraient liées à une déficience en Vitamine B2.

Vitamine B3 : anti-pellagre. La pellagre existait chez les populations se nourrissant essentiellement de maïs et était due a une carence en tryptophane (acide aminé essentiel).

Elle est vitale pour l’activité du sytème nerveux, améliore la circulation et réduit le taux de cholestérol, aide à stabiliser le glucose sanguin, participe à la formation de la peau, des tissus du tube digestif.

Vitamine B5 : présente dans toutes les cellules vivantes, elle est synthétisée par les bactéries de la flore intestinale. Elle participe à la production d’énergie du corps, elle est nécessaire à la synthèse du cholestérol. En stimulant les glandes surrénales elle rend l’organisme plus résistant aux stress. Elle favorise la cicatrisation et est indispensable au bon fonctionnement cérébral.

Vitamine B6 : joue un rôle important pour l’immunité. Elle est nécessaire à la synthèse des régulateurs métaboliques (sérotines, noradrenaline). Aide à contrer les processus inflammatoires et est indispensable à la synthèse de l’hémoglobine.

Vitamine B12 : synthétisée par les bactéries, levures, champignons et algues. Elle participe à la synthèse de l’ADN et ARN. Elle est nécessaire à l’équilibre du système nerveux, participe à la formation des globules rouges.

Vitamine C : Puissant antioxydant elle est essentielle à la synthèse du collagène. Elle accélère la guérison des blessures et des brulures et rend résistant au stress. Elle est essentielle à la détoxication hépatique et augmente la résistance aux infections. Elle est nécessaire pour réduire le taux d’histamine en cas d’allergies et participe à la formation des globules rouges. Participe au maintien de la santé des glandes surrénales, des ovaires et des cellules épithéliales.

Vitamine E : puissant antioxydant, prévient la formation de caillots sanguins, améliore la résistance musculaire, permet un meilleur apport sanguin au coeur en provoquant une dilatation des vaisseaux. Promeut la guérison des blessures et brûlures. Améliore la fertilité et l’immunité.

Bibliographie :

- « La nutrithérapie » - Roseline Gagnon - Edition Atlantica - Douce Alternative.

- « Guérir par l’aloes » - W. Wirth - Edition Ennsthaler

- « Du cancer on peut guérir » - R.Zago - Edition Adle

- « Aloe arborescens » - Edition Perché –

 

Haut de la page